Performance Plateau-IDEX théâtre des étudiants du Département d’études néohelléniques

Le 13 mai 2014
De 18h00 à 20h00
UdS, Portique, salle d'évolution

Performance  Plateau-IDEX théâtre

des étudiants du Département d’études néohelléniques

Didascalie artistique : Anna Kalyvi

 

Comment vivre la langue étranγère  comme texte,voix, acte, témoiγnage,  expérience, art?                                            

                                                                                               

Semaine des Arts de l’université de Strasbourg (STUD’ART)                                                               

 

Mardi 13 mai 2014, à 18h au Portique - Salle d’évolution.

                 

 

Faculté des langues et

des cultures

étrangères, département

d’études néohelléniques

 

Écrire, parler, communiquer,

vivre en somme,

dans l’espace étroit

d’une langue étrangère:

quelles limites personnelles, linguistiques et corporelles sont franchies

quand on véhicule la situation de l’étranger à travers une langue

autre

que la langue maternelle?

 

Quelle distance est créée entre

la langue de départ (langue d’origine) et

la langue étrangère, inconnue, belle, dure,  

que l’actant est obligé de couvrir ou découvrir

 - à la fois comme Logos et comme Praxis –

pour communiquer ses pensées,

ses émotions,

son état d’âme?

 

Jonglant avec les règles linguistiques et

le langage du corps,

observant comment elles se métamorphosent en

 jeu,

- tant douloureux qu’enfantin-

- aussi collectif qu’individuel –

traçons le chemin théâtral pendant lequel

Tout est permis.

 

Stigmiotypa : mot composé, du grec stiγmi (στιγμή = moment) et typos < apotypono (τύπος, αποτυπώνω) qui signifie imprimer, capturer, fixer. Il est employé souvent comme terme pour décrire les moments marqueurs d’un événement, d’une performance, d’un match de foot, etc. donnant ainsi un synopsis de l’ensemble, par le biais d’un « montage abstrait ».   

La performance a été inspirée par la pièce théâtrale Un sur dix, présentée en 2009 au théâtre du Nouveau Monde à Athènes, par le metteur en scène d’origine albanaise, Laertis Vasiliou. Elle est fondée sur trois monologues autobiographiques de trois protagonistes d’origine étrangère, enfants de la deuxième génération d’immigrés en Grèce. L’œuvre théâtrale - qui a reçu par ailleurs le prix de la meilleure performance des jeunes artistes au festival international de théâtre et cinéma à Sarajevo en 2008 -  capture comme un appareil photo, la situation sociale actuelle du pays, dans laquelle Un sur dix  habitants est étranger.

Renversant cette idée, les 18 élèves, français ou non, qui apprennent le grec comme langue étrangère, se mettent dans la place du  ‘’Grec-étranger’’, dans un pays qui est (peut-être) le leur. Accompagnés par d’autres Grecs - qui vivent et étudient en France - ils ont été invités d’écrire librement leurs propres pensées autour de trois thématiques, liées à l’immigration :

 

Qui suis-je ?

Où vais-je?

Quels sont mes peurs et mes espoirs pour l’avenir?

 

Ces prototextes personnels ont créé notre propre scénario, tissant des liens entre leurs expériences différentes, présentant à la fois des points d’écart ainsi que des points de convergence. Expérience partagée ou individuelle, distance ou rapprochement, ce processus d’auto-identification entre personnage et acteur (telle que Constantin Stanislavski propose dans sa méthode théâtrale) se déplace de la feuille de papier et suivant un chemin d'adaptation libre du texte en scène, se transforme ainsi en acte artistique.

Employant le corps comme unité des processus intellectuels qui passent par l’écriture, à travers la voix qui la transmet et par le corps qui l’incarne, partageons cet état d’exister, de penser, de parler et de vivre, en interrogeant l’avenir avec curiosité, pendant un voyage à la fois interne et externe, individuel et collectif, qui nous amène au point originel : à nous même.  

Considérant que l’aspect de l’identité subit des changements à travers une recherche récurrente tout au long de la vie, ces ‘‘Grecs-étrangers’’ témoignent devant le public des morceaux personnels seulement, des bribes abstraites, des stiγmiotypa, qui reflètent quelques moments marqueurs (littéraires, artistiques et personnelles) de leur situation, suspendant ainsi le temps présent en le racontant …

 

PROGRAMME DE LA PERFORMANCE

1)      ‘Ακου με (Écoute-moi)

Le texte est de Louis Jouvet.

Interprétation : Maria  Stravroula

2)      Ποδόρουχα (Les pieds-vêtements) 

Texte : Eojin Park

Dramatisation : Mina Giannouli

Voix enregistrée : Anna Kalyvi

3)      Το νομαδικό τραγούδι (La chanson nomade)

Maria Rebecca-Jenni

4)      Καλειδοσκόπιο : ποιος είμαι;  (Kaléidoscope : qui suis-je ?)

Camille Garcin

Doreen Lohr

Claire Camberlein

Antoaneta Dzivkova

Hristina Chincheva

5)      Παμούκ (Pamuk)

Sedef Erdal

6)      Όψεις  (Facettes)

Clémence Prillard

Alvini Kiritsi

7)      Η ποιήτρια (La poétesse)

Aude Meyer

La chanson est le Summertime (Aaron Neville, Nature boy-The standards Album, 2003).

8)      Ντουέτο … μετά μουσικής (DUO… musical)

Marcelo Ortiz

Natali Mateeva

9)      Μισό-μισό (moitié-moitié)

Simone Fratani

10)    Κι άλλο μισό-μισό (Un autre moitié-moitié)

Inès Dupont-Miault

Captation vidéo : Inès Dupont-Miault

11)     Σκόνη (Poussière)

Emily Françoise

 

Plateau-IDEX théâtre: EA 1340-GEO, Département d`études néohelléniques

Responsables pédagogiques :

Irini Tsamadou Jacoberger, Martine Breuillot, Maria Zerva, Isabelle Stamatiadou

Didascalie artistique / mise en scène : Anna Kalyvi 

Publiée le : 9 mai 2014

GEO - 2016 - Tous droits réservés - Université de Strasbourg
22 rue René Descartes - 67084 Strasbourg Cedex - 03 68 85 66 00 - Mentions légales - Crédits